ÉVÉNEMENTS

PETITE RETROSPECTIVE BILLY WILDER
EN JUILLET AU CINEMA DAQUIN

Retrouvez tout au long du mois de juillet cinq chefs d’oeuvre du cinéaste américain Billy Wilder

Certains l’aiment chaud (VO)

de Billy Wilder, avec Marilyn Monroe, Tony Curtis, Jack Lemmon, George Raft …
Film américain. Comédie. 1959. 2h. VOST.
Titre original: Some like it hot.

Pour échapper à des gangsters, deux musiciens décident de se travestir et rejoignent un orchestre de femmes qui part en tournée.

«Juif et autrichien, doublement étranger, Wilder comme Fritz Lang avant lui, regarde avec lucidité la société américaine et en particulier son cinéma créateur d’illusions. Ses fi lms abondent en clins d’oeil à l’univers des images animées et trompeuses. (…) Si, selon la défi nition de Lord Shaft esbury, « la vie est une tragédie pour l’homme qui sent et une comédie pour celui qui pense », Wilder n’a jamais signé de tragédie car dans ses films les plus noirs est toujours présente une ironie sous-jacente. Dans son oeuvre, le cliché – un des ressorts du comique – révèle toujours une vérité. Le Tyrol de La Valse de l’empereur, l’Italie d’Avanti !, l’Allemagne de La Scandaleuse de Berlin et d’Un, deux, trois, l’Écosse de La Vie privée de Sherlock Holmes, la France d’Irma la douce et d’Ariane, ce merveilleux prolongement de l’art de Lubitsch, sont à la fois les instruments de la satire et l’expression d’une nostalgie émue.» Michel Ciment.

Samedi 4 juillet et dimanche 5 juillet à 18h.

____________________________

La garçonnière (VO)

de Billy Wilder, avec :Jack Lemmon, Shirley MacLaine, Fred MacMurray, Ray Walston…
Film américain. Comédie. 1960. 2h05. VOST.
Titre original: The Apartment.

Dans l’espoir de monter en grade, un employé de bureau prête régulièrement son appartement à ses supérieurs qui y amènent leurs maîtresses. Un jour, l’un d’eux vient accompagné de la femme dont il est secrètement amoureux

«Juif et autrichien, doublement étranger, Wilder comme Fritz Lang avant lui, regarde avec lucidité la société américaine et en particulier son cinéma créateur d’illusions. Ses fi lms abondent en clins d’oeil à l’univers des images animées et trompeuses. (…) Si, selon la défi nition de Lord Shaft esbury, « la vie est une tragédie pour l’homme qui sent et une comédie pour celui qui pense », Wilder n’a jamais signé de tragédie car dans ses films les plus noirs est toujours présente une ironie sous-jacente. Dans son oeuvre, le cliché – un des ressorts du comique – révèle toujours une vérité. Le Tyrol de La Valse de l’empereur, l’Italie d’Avanti !, l’Allemagne de La Scandaleuse de Berlin et d’Un, deux, trois, l’Écosse de La Vie privée de Sherlock Holmes, la France d’Irma la douce et d’Ariane, ce merveilleux prolongement de l’art de Lubitsch, sont à la fois les instruments de la satire et l’expression d’une nostalgie émue.» Michel Ciment.

Samedi 11 juillet et dimanche 12 juillet à 18h30.

______________________________________________________________

Les commentaires sont fermés.